Trade in Kenya

Les pays africains restent le principal marché pour les exportations du Kenya, suivis par l'Union européenne. Les exportations de biens et services du Kenya en 2019 ont représenté 12,03% du PIB, tandis que les importations de biens et services de la même année ont représenté 21,37% du PIB. Cela définit clairement le défi pour le Kenya de réduire l'écart entre les deux pour atteindre l'équilibre des paiements.

 

La Suisse figure parmi les dix principaux partenaires commerciaux du Kenya en Europe occidentale, tandis que le Kenya était le 12 e partenaire commercial de la Suisse en Afrique subsaharienne en 2017. Les exportations kényanes vers la Suisse comprennent le thé, le café, les produits horticoles (fruits, légumes et fleurs coupées), l'extrait de pyrèthre, les pierres précieuses et semi-précieuses. Les exportations suisses vers le Kenya se composent principalement de médicaments, de peintures, d'insecticides et d'herbicides, de machines, d'équipements téléphoniques, de fongicides et d'engrais.

 

La balance commerciale entre le Kenya et la Suisse est nettement en faveur de cette dernière, les exportations du Kenya en 2019 étant de KShs. 2 295 310,10 et les importations en provenance de la Suisse pour la même année s'élevant à KShs. 8,023,930.20. Le déséquilibre commercial se matérialise par un déficit à hauteur de KShs. -5,728,620,100.

 

Le Kenya a entrepris un programme complet de réformes économiques visant à déréglementer l'économie et à la mettre sur la voie d'une croissance rapide génératrice d'emplois.

 

Les efforts continus menés par le gouvernement pour réformer les politiques fiscales et monétaires depuis le milieu de l'année 1993 ont permis de stabiliser l'économie et de contribuer à la relance de la croissance économique.

 

La stabilisation des facteurs macroéconomiques, la libéralisation des marchés et l'augmentation des activités des entreprises publiques stratégiques devraient améliorer le niveau et la rentabilité des investissements privés et se traduire par une augmentation des revenus et la création d'emplois.

 

Le gouvernement encourage les investissements et l'économie kenyane reste ouverte aux investisseurs étrangers. Il n'existe aucune restriction sur les investissements étrangers et le rapatriement des bénéfices ou des capitaux.

 

Les investissements consentis dans les zones franches d'exportation (ZFE) et dans le Manufacturing Under-Bond (MUB) sont exemptés de droits d'importation, de TVA et de taxe sur les ventes et bénéficient d'une exonération fiscale pendant 10 ans, suivie d'un taux d'imposition de 25 % pendant les 10 années suivantes. La participation étrangère dans les sociétés kényanes cotées en bourse est généralement limitée à 40 % au total et à 5 % pour chaque investisseur individuel.

 

Un dispositif de production sous caution est en vigueur. L'Autorité des zones franches d'exportation (EPZA) opère dans 39 zones (37 privées, 2 publiques).

 

Visitez le site internet de la Chambre du commerce ; www.kenyachamber.or.ke

 

Indépendamment de la demande intérieure, l'appartenance du Kenya aux différents organes régionaux offre un marché de plus en plus vaste.

 

L'adhésion à la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE) et au Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) garantit un marché d'environ 300 millions de personnes et assure la libre circulation des biens et des services.

 

Les échanges commerciaux au titre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), qui ont débuté le 1er janvier 2021, ont permis de faire passer ce marché à plus de 1,2 milliard de personnes. En février 2021, 54 des 55 États membres de l'Union africaine avaient signé le traité AfCFTA, tandis que 36 pays l'avaient ratifié et déposé leurs instruments de ratification. Le commerce dans le cadre de l'AfCFTA est synonyme de marché unique libéralisé pour les biens et les services, facilité par la circulation aisée des personnes et des capitaux. Il jette également les bases d'une union douanière à l'échelle du continent. En définitive, ce nouveau marché unique devrait contribuer à un développement socio-économique durable et inclusif, à l'égalité des sexes et, plus largement, à une compétitivité et un développement industriel accrus.

 

  • Webiste de la Communauté d'Afrique de l'Est ; www.eac.int
  • Site web du Marché commun de l'Afrique orientale et australe ; www.comesa.int

 

fr_FRFR